Patrick Gilli

patrick.gilli[a]univ-montp3.fr

Professeur, histoire de l’Occident médiéval

Directeur du CEMM

Mes recherches sont essentiellement centrées sur l’Italie et portent sur les questions à la fois politiques et culturelles. Je m’intéresse aux constructions savantes de l’autorité et du pouvoir, au lexique politique et aux relations des intellectuels et des élites de gouvernement. Je participe actuellement à un groupe de travail international (Italie, Allemagne, France) sur les figures de la diplomatie et des diplomates du Moyen Âge à l’époque moderne.

LISTE DES PUBLICATIONS

Ouvrages individuels :

1) P. Gilli, Au miroir de l’humanisme. Les représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Age (c.1360-1490), Rome, Befar, 1997, 639p. (ouvrage honoré du prix Saintour 1998 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).

2) P. Gilli, La noblesse du droit au Moyen Age, Paris, Champion, 2003, 372 p.

3) P. Gilli, Villes et sociétés urbaines en Italie (milieu XIIe-milieu XIVe siècle), Paris, Sedes, 2005, 302 p. (traduction en portugais [brésilien] aux presses de l’université Unicamp, Sao Paulo : Cidades e sociedades urbanas na Itália medieval Séculos XII-XIV, Campinas, Editora Unicamp, 2011, ISBN 978-85-268-0927-7 (416 pages).

4) P. Gilli, Droit politique et humanisme dans l’Italie de la Renaissance, Montpellier, PULM, 2014,   454 p., ISBN : 978-2-36781-035-5.                                                

 Ouvrages en co-auteur :

5) P. Gilli, H. Daussy et M. Nassiet, La Renaissance (vers 1470-vers 1560), Paris, Belin, 2003, 332 p.

6) P. Gilli et Julien Théry, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe s.), Montpellier, 2010, Presses de la Méditerranée, 676 pages.

Direction scientifique d’ouvrages collectifs

7) et 7 bis) P. Gilli dir., Former, enseigner, éduquer dans l’Occident médiéval (1100-1450), Paris, Sedes, 1999, 2 vol., 287 p. et 310 p

8) P. Gilli éd., L’humanisme et l’Eglise en Italie et en France méridionale du XVe siècle au milieu du XVIe siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2-4 février 2000, Rome, EFR, 2004.

9) P. Gilli éd., Les élites lettrées au Moyen Âge, Presses de l’université Paul-Valéry, 2008, 346 pages.

10) P. Gilli éd., en collaboration avec Jacques Verger et Daniel Le Blévec, Les universités et la ville au Moyen Âge, Leyde, Brill, 2007, ISBN 978 90 04 15876 4 (Education and Society in the Middle Ages and Renaissance, vol.30), 355 p.

11) P. Gilli éd., Espace administratif, espace judiciaire, espace politique dans les cités italiennes (XIIe-XVe siècle). Actes du colloque international de Montpellier des 26-27 mai 2006, dans Rivista internazionale di diritto comune, 18, 2008 (ISSN: 1120-5695).

12) P. Gilli et J.-P. Guilhembet, Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), Turnhout, Brepols, 2012, ISBN978-2-503-54051-1

13) P. Gilli et J. Paviot, Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. Liber discipulorum en l’honneur de Philippe Contamine, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2012

14) Patrick Gilli et Enrica Salvatori. Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du midi français, Brepols, Turnhout, 2014, ISBN: 978-2-503-55188-3

15) Patrick Gilli éd., La pathologie du pouvoir: vices, crimes et délits des gouvernants (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne), Brill (Studies in Medieval and Reformation Traditions 198), Leyde, 2015, ISBN13: 9789004307797.

Articles et contributions à des colloques (uniquement revues à comité de lecture et actes de colloques parus dans des collections à comité de lecture)

1) Gilli P., « Politiques italiennes, le regard français (c.1375-1430) », Médiévales, 1990, p. 109-121.

2) Gilli P., « Coluccio Salutati et la France », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 55, 1993, p. 479-503.

3) Gilli P., « Eléments pour une histoire de la francophobie italienne à la Renaissance : Pie II et la nation française », MEFRM, 106, 1994, p. 275-311.

4) Gilli P., « L’histoire de France vue par les Italiens, à la fin du Quattrocento« , dans Y.M. Bercé, P. Contamine (sous la direction de), Histoires de France, historiens de la France, Paris, 1994, p. 73-90.

5) Gilli P., « Culture et diplomatie en Italie (XIIIe-XVe siècle) », dans MEFRM, 108, 1996, p. 409-415.

6) Gilli P., « L’épopée de Jeanne d’Arc d’après un document italien contemporain : édition et traduction de la lettre du pseudo-Barbaro (1429) », Bulletin de l’association des amis du centre Jeanne d’Arc (CNRS), 20, 1996, p.4-26.

7) Gilli P., « Dictature, monarchie et absolutisme en Italie aux XIV-XVe siècles », Actes du colloque international Dictature, absolutisme, totalitarisme, Paris, mai 1996, dans Revue française d’histoire des idées politiques, 6, 1997, p.275-290.

8) Gilli P., « La place de l’argent dans la pensée humaniste italienne au XVe siècle », dans L’argent au Moyen Age. Actes du XXVIIIe Congrès de la société des historiens médiévistes français, Clermont-Ferrand, mai 1996, Paris, 1997, p.309-326.

9) Gilli P., « L’intégration manquée des Angevins en Italie : le témoignage des historiens », dans Les Angevins. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Colloque international de Rome-Naples, novembre 1995, Rome, Ecole française de Rome, 1998, p.11-33.

10) Gilli P., « Le conflit entre le juriste et l’orateur d’après une lettre de Cosma Raimondi, humaniste italien en Avignon (c.1431-1432), Rhetorica. Journal of the history of Rhetoric, XVI, 1998, p.259-286.

11) Gilli P.,  « Une lettre inédite sur Jeanne d’Arc (1429) faussement attribuée à Francesco Barbaro, humaniste vénitien », Annuaire-bulletin de la société d’histoire de France, année 1996 (1998), p.53-73.

12) Gilli P., « Jeanne d’Arc au prisme de l’humanisme italien du XVe siècle », Colloque international Images de Jeanne d’Arc, mai 1999, Orléans, Paris, P.U.F., 2000, p.19-29.

13) Gilli P., « Aspects de la domination française en Lombardie dans l’historiographie locale », dans Louis XII en milanais, Colloque international du Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours, juillet, 1998, dir. Ph. Contamine et J. Guillaume, Paris, Champion, 2003, p. 31-51.

14) Gilli P., « Venise : une cité sans muraille. Discours et pratiques (XVe et début du XVIe siècles) », dans La défense urbaine au Moyen Age. Colloque international de Montpellier-Université Paul-Valéry, mars 1999, Montpellier, 2002, p.101-125.

15) Gilli P., «Guelfisme et mémoire urbaine : un discours inédit de Coluccio Salutati au cardinal Philippe d’Alençon (1381) », dans J. Chiffoleau et P. Boucheron éd., Religion et société urbaine au Moyen Age. Mélanges offerts à Jean Louis Biget, P.U. Sorbonne, 1999, p.499-511.

16) Gilli P., « Citoyens et non-citoyens dans la pensée juridique italienne de la fin du Moyen Age », dans L’étranger au Moyen Age. Actes du XXXe congrès des historiens médiévistes français, Göttingen, mai 1999, Paris, Presse de la Sorbonne, 2000, p.59-79.

17) Gilli P., « Guerre, paix, alliance, duel : le disciplinement de la violence dans les traités juridiques sur la guerre, en Italie, au XVe siècle », dans J. Verger et J. Paviot éd., Guerre, pouvoir et noblesse. Mélanges Philippe Contamine, Paris, Presses de la Sorbonne, 2000, p.323-342.

18) Gilli P., « Profil d’une diplomatie inconciliable : Alexandre VI, Charles VIII et Louis XII d’après les sources diplomatiques et historiographiques contemporaines », dans M. Miglio et alii éd., La Roma d’Alessandro VI di fronte all’Europa, Rome-Città del Vaticano, dicembre 1999, Rome, Roma Rinascimento, 2001, p.59-77.

19) Gilli P., « Humanisme et Eglise, les raisons d’un malentendu », dans Colloque international : L’humanisme et l’Eglise en Italie et en France méridionale du XVe siècle au milieu du XVIe siècle, Rome, Ecole française de Rome, février, 2000, Rome, Ecole française de Rome, 2004, p.1-16.

20) Gilli P., « Les formes de l’anticléricalisme humaniste : anti-monachisme, anti-pontificalisme ou anti-christianisme ? », dans colloque international : L’humanisme et l’Eglise en Italie et en France méridionale du XVe siècle au milieu du XVIe siècle, Rome, Ecole française de Rome, février, 2000, Rome, 2004, p.146-168.

21) Gilli P., « Forces et contradictions de l’humanisme français à l’époque du concile de Constance », dans D. Marcotte éd., Humanisme et culture géographique à l’époque du concile de Constance. Autour de Guillaume Fillastre. Actes du colloque de Reims, mars 1999, Louvain, 2002, p.41-62.

22) P. Gilli, « Inceste et drame amoureux : les origines légendaires de la guerre de Cent ans d’après un texte inédit de l’humaniste ligure Bartolomeo Fazio (1436) », dans Images de la guerre de Cent ans. Colloque international de Rouen, juin 2000, D. Couty et alii éd., Paris, P.U.F., 2002, p.187-198.

24) P. Gilli, « Culture politique et culture juridique chez les Angevins de Naples (jusqu’au milieu du XIVe siècle) », dans N.-Y. Tonnerre et E. Verry éd., Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle. Un destin européen, Rennes, 2002, p. 131-154.

25) P. Gilli, « De l’importance d’être hors norme : la pratique diplomatique de Gianozzo Manetti d’après son biographe Naldo Naldi », dans Prêcher la paix et discipliner la société (XIIIe-Xve siècle), Nice, 24-25 mai 2002, Rosa Maria Dessi éd., Nice, 2005, p.413-430.

26) P. Gilli, « Le discours politique florentin à la Renaissance : autour de l’humanisme civique », dans O. Rouchon, J. Boutier éd., Les dynamiques d’un Etat régional : Florence et la Toscane (XIV-XVIIIe siècles), Paris, éditions du CNRS, 2004, p.323-344.

27) P. Gilli, « Les collèges de juristes en Italie centro-septentrionale au XVe siècle : autorité doctorale et contrôle social », dans Thierry Kouamé éd., Les universités en Europe, Actes du colloque d’Orléans, Paris, Presses de la Sorbonne, 2005, p.235-251.

28) P. Gilli, « L’impossible capitale ou la souveraineté inachevée : Florence, Milan et leurs territoires (fin XIVe-XVe s.) », dans Les villes capitales au Moyen Âge, colloque d’Istanbul, juin 2005, actes du XXXVIe congrès de la SHMESP, Paris, Presses de la Sorbonne, 2006, p.75-95.

29) P. Gilli, « Universités et cités italiennes à l’époque des états territoriaux (XIVe-XVe siècle) », dans Serge Dauchy éd., De Bologne à Bologne : les universités européennes, Cahiers du Chridi, Actes du colloque international de Bruxelles, mars 2005, Bruxelles, 2006, p.134-152.

30) P. Gilli, « Villes capitales, états territoriaux et universités (XIVe-XVe siècle) : Pavie-Milan, Padoue-Venise, Pise-Florence », dans P. Gilli, Jacques Verger et Daniel Le Blévec éd., Les universités et la ville au Moyen Âge, Leyde, Brill, 2007, p.217-236.

31) P. Gilli, « Disciplines académiques et modernité des savoirs : le choix d’une politique culturelle à Florence (fin XIVe-milieu XVe siècle) » dans P. Gilli, Jacques Verger et Daniel Le Blévec, Les universités et la ville au Moyen Âge, Leyde, Brill, 2007, p.327-340.

32) P. Gilli, “Italianity and city patriotism in the states of Florence and Milan at the turning point of the 14th and 15th centuries”, in D. Rollason éd., Regions and Regionalism. Proceedings of the Conference hold in Newcastle, september 9-12, 2004, London, Routledge Publisher, ISBN 978-1-904794-24-0, 2007, p.85-105.

33) P. Gilli, « Les consilia de Baldo degli Ubaldi et l’élévation ducale de Gian Galeazzo Visconti », dans P. Gilli éd., Les élites lettrées au Moyen Âge, Montpellier, 2008, p.257-280

34) P. Gilli, « Les Pandectes pisanes : fortunes et infortunes d’un texte au Moyen Âge», dans P. Gilli éd., Les élites lettrées au Moyen Âge, Montpellier, 2008, p.231-246.

35) P. Gilli, « Imperium et Italie au XVe siècle: juristes et humanistes face à la dé-romanisation de l’empire », Rechtsgeschichte. Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für europäische Rechtsgeschichte, 13, 2008, p.133-153.

36) P. Gilli, « Regimen, administratio, dignitas dans l’exégèse juridique : le cas de l’Apparatus d’Innocent IV », dans Jacques Krynen et Michael Stolleis éd., Science politique et droit public dans les facultés de droit européennes (XIIIe-XVIIIe siècle), Francfort/Main, 2008, p.143-156.

37) Patrick Gilli, « Aux sources de l’espace politique: techniques électorales et pratiques délibératives dans les cités italiennes (XIIe-XIVe siècles) », dans P. Gilli éd., Espace administratif, espace judiciaire, espace politique dans les cités italiennes (XIIe-XVe siècle). Actes du colloque international de Montpellier des 26-27 mai 2006, (= Rivista internazionale di diritto comune,, 18, 2008), p.253-270.

38) Patrick Gilli, « Vie active, vie contemplative chez les humanistes italiens du XVe siècle : du retrait volontaire à la retraite forcée », dans Christian Trottmann éd., Vie active et vie contemplative structures, réalisations médiévales, transitions et innovations renaissantes, actes du colloque de Tours, 26-28 octobre 2006, Rome, Ecole française de Rome, 2009, p.419-.436.

39) Patrick Gilli, « L’armée de Charles VIII franchit les Alpes », dans Boucheron Patrick, Histoire du monde au XVe siècle, Paris : Fayard, 2009, p. 417-421

40) P. Gilli « Humanisme juridique et science du droit au XVe siècle : tensions compétitives au sein des élites lettrées et réorganisation du champ politique », Revue de synthèse, tome 130, 6e série, n. 4, 2009, p. 571-593.

41) P. Gilli, « La fonction d’ambassadeurs d’après les textes juridiques italiens du XVe siècle et le traité de Martino Garati da Lodi : une impossible représentation », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge, 121/1 – 2009, p. 173-187.

42) Patrick Gilli, « Il discorso politico fiorentino nel Rinascimento e l' » umanesimo civile » « , dans Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon (éd.), Firenze e la Toscana. Genesi e trasformazioni di uno stato (XIV-XIX secolo), Florence : Mandragora, 2010, p. 255-271 (chapitre d’ouvrage)

43) Patrick Gilli, , « As fontes do espaço politico: tecnicas eletorais e praticas deliberativas nas cidades italianas (séculos XII-XIV) », dans Varia Historia, 43, Belo Horizonte : universidad federal de Minas Gerais, 2010, p. 91-108

44) Patrick Gilli, « Empire et italianité au XVe siècle : l’opinion des juristes et des humanistes », dans Françoise Crémoux et Jean-Louis Fournel (éd.), Idées d’empire en Italie et en Espagne XIVe-XVIIe siècle, Rouen : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010, p. 47-68

45) Patrick Gilli, «  Nel nome di Giustiniano: diritto e letteratura », dans Amedeo de Vincentiis, Atlante storico della letteratura italiana Vol.I : Dalle origini al Rinascimento, Turin, Einaudi, 2010, p.97-103.

46) « Tours et détours des légendes urbaines ou les ruses de la raison historiographique », Conclusions du colloque Ab urbe condita. Fonder et refonder la ville : récits et représentations (second Moyen Âge-premier XVIe siècle) colloque international de Pau (14-16 mai 2009), Véronique Lamazou-Duplan éd., Pau, Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, 2011, p.529-542.

47) Patrick Gilli, « Echec au roi », dans Jean-Michel Matz et Noël-Yves Tonnerre éd., René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, P.U.R., 2011, p.387-395.

48) Gilli Patrick, « Aux sources de l’espace politique: techniques électorales et pratiques délibératives dans les cités italiennes (XIIe-XVe siècles) », dans L’espace public au Moyen Âge, Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt éd., Paris, le Seuil, 2011, p. 219-229.

49) Patrick Gilli, « Commynes et les structures de la diplomatie : le cas de l’Italie », dans 1511-2011 Philippe de Commynes. Droit, écriture : deux piliers de la souveraineté, Joël Blanchard éd., Genève, Droz, 2011, p.247-266.

50) Patrick Gilli, « Châtier la ville ou châtier ses dirigeants : la punibilité des corps politiques d’après l’action pontificale en Italie au début du XIIIe siècle », dans P. Gilli et J.-P. Guilhembet, Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), Turnhout, Brépols, 2012, p.187-200.

51) P. Gilli, « Dignidade e nobreza dos juristas: lugar e formação da ciência legal na Idade Média, especialmente na Itália (séculos XII a XV) », dans N. de Barros Almeida, M. Cândido da Silva (Org.), Poder e Construção Social na Idade Média, Goiânia, Editora UFG, 2012, p. 63-91 [ISBN 857274328-6].

52) Gilli Patrick, «Les humanistes italiens du Quattrocento et le droit canon : les raisons d’un silence», dans Cécile Caby, Rosa Maria Dessi, Les humanistes et l’Église. Pratiques culturelles et échanges entre les litterati laïcs et ecclésiastiques (Italie, début XIIIe-début XVIe siécle), Nice 23-25 octobre 2008, Turnhout, Brepols (Collection d’études médiévales de Nice ; volume 13), 2012, p.253-269.

53) P. Gilli, « Autour de Cino da Pistoia et de ses amis », dans P. Gilli et J. Paviot éd., Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. Liber discipulorum en l’honneur de Philippe Contamine, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2012, p.143-158.

54) P. Gilli, « Esaltazione civica e cultura classica. Alterne fortune della romanitas negli umanisti fiorentini », dans La Primavera del Rinascimento. la scultura e le arti a Firenze 1400-1460 Palazzo Strozzi, 23 marzo-8 agosto 2013,
Musée du Louvre, 26 settembre 2013-6 gennaio 2014, Firenze, 2013 (notice du catalogue, en italien, anglais, français), p.81-88.

55) P. Gilli, « Cité et citoyens dans la pensée politique italienne et française (fin XIIIe s.-fin XIVe s.) », dans Anne Lemonde et Ilaria Taddei éd., Circulation des idées et des pratiques politiques, France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), Rome, EFR, 2013, p.33-57.

56) P. Gilli, « Les consilia collectifs des collèges doctoraux italiens à la fin du Moyen Âge », dans Martine Charageat éd., Conseiller les juges au Moyen Âge, Toulouse, 2014, p.99-109.

57) P. Gilli, « Entre necessitade e desconfiança : ox embaixadores da Italia comunal através dos estatutos urbanos (séc. XX-XIV) », Signum. Revista da Abrem, 15, 2014, p.27-52, disponible en ligne : http://www.abrem.org.br/revistasignum/index.php/revistasignumn11/issue/view/10/showToc

58) P. Gilli, « Nations et nationalités au Moyen Âge. Conclusions du colloque de Prague nations et nationalités au Moyen Âge », dans Nation et nations. Actes du 44e congrès de la SHMESP, Prague, mai 2013, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p.327-336.

59) P. Gilli, « Ambassades et ambassadeurs dans la législation statutaire italienne (XIIIe-XVe siècle) », dans Stefano Andretta, Stéphane Péquignot, Jean-Claude Waquet (dir.), De l’ambassadeur : les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, 2015, p.57-86.

60) P. Gilli, « «Bernard de Rosier et les débuts de la réflexion théorique sur les missions d’ambassade», Stefano Andretta, Stéphane Péquignot, Jean-Claude Waquet, De l’ambassade. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Paris-Rome, 2007-2010, Paris_RS_Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome (504)), 2015, p. 187-199.

61) P. Gilli, « De la peccatologie des gouvernants à la nécessité du tyrannicide : les vices monarchiques d’Alvaro Pelayo à Paride del Pozzo », dans P. Gilli éd., La pathologie du pouvoir. Crimes, vices et délits des gouvernants, Leyde, Brill, 2015, p.356-396.

62) P. Gilli, « Da pecatologia dos governantes a necessitade do tiranicidio : os vicios monàrquicos de Alvaro Pelayo à Paride del Pozzo (séculos XIV-XV) », Signum. Revista de Abrem, 16,2, 2015, p.98-130 (disponible en ligne : http://www.abrem.org.br/revistasignum/index.php/revistasignumn11/article/view/202)

63) P. Gilli, « Ambasciate e ambasciatori nella legislazione statutaria italiana (secc.XIII-XIV) », dans Lorenzo Tanzini éd., Il laboratorio del Rinascimento. Studi di storia e cultura per Riccardo Fubini, Florence, Le Lettere, 2016, p.7-25.

64) P. Gilli, « Boncompagno da Signa », dans Bruno Méniel, Ecrivains juristes et juristes écrivains du Moyen Âge au siècle des Lumières, Paris, Classiques Garnier, Paris, 2016, p.163-172.

Laisser un commentaire