DERNIÈRES PARUTIONS

La pathologie du pouvoir : vices, crimes et délits des gouvernants


Sous la direction de Patrick Gilli

la-pathologie-du-pouvoirLa singularité de la criminalité des gouvernants ou de leurs actes peccamineux réside dans la rareté des condamnations qu’ils ont subies. En examinant sur la longue durée, les formes de dénonciation de ces délits des hommes de pouvoir, le livre essaie de comprendre les raisons qui aboutissent à la rupture du consensus et à la remise en cause de l’acceptation sociale des traditions jusqu’alors tolérées (corruption, extorsion, abus en tout genre). Les différentes contributions examinent les conditions de ces condamnations, morales et politiques, et dessinent un tableau nuancé de ces pathologies du pouvoir qui loin d’être invariables dans le temps sont articulées aux paradigmes moraux de chaque société historique.

Table des matières

—————-

Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français

Actes du colloque de Montpellier 8-9 décembre 2011

Sous la direction de Patrick GILLI et Enrica Salvatori

Collection Studies in Urban History 32 – BREPOLS

identites_urbainesLa singularité urbaine des villes du Midi français a souvent été négligée. Coincées entre le modèle communal italien triomphant et le puissant mouvement urbain des villes flamandes ou rhénanes, elles apparaissent comme faiblement typées ; leur intégration dans l’espace capétien aurait également limité leur capacité d’autogouvernement et de discussions avec les autorités centrales. Pourtant, le dynamisme de ces cités méridionales est avéré, aussi bien dans leur élan démographique que dans la force des échanges économiques. Que dire également de leur place dans le développement des mouvements religieux contestaires et de leur rayonnement intellectuel facilité par la présence de grandes universités au recrutement international ! À la lumière des nombreux et récents travaux sur le sujet, le colloque offre la première approche comparative sur ces villes méridionales, en insistant sur les traits identitaires qui définissent leurs contours originaux, en particulier dans l’organisation politique.

2014, ISBN : 978-2-503-55188-3. Prix : 90,00 €

 

Droit, humanisme et culture politique dans l’Italie ddroit_humanismee la Renaissance

Patrick GILLI

 Collection « Histoire et sociétés »

Interroger les relations que droit et studia humanitatis entretenaient entre eux, relations parfois conflictuelles certes, mais toujours très imbriquées parce que juristes et humanistes constituaient les catégories de producteurs intellectuels les plus actives dans la réflexion politique du temps : telle est l’ambition de ce recueil d’études. Par delà la diversité des cas d’espèce, c’est bien le politique et son articulation avec le monde savant, à l’université ou dans les chancelleries, qui constitue le fil rouge de ce parcours. Soumis à l’exigence de l’utilité sociale de leur savoir (ne serait-ce que par la recherche de mécènes ou de protecteurs), les humanistes ont répondu à cette attente par de nombreux écrits de nature variée qui témoignent de leurs contributions aux débats de la fin du Moyen Âge ; ils rencontraient des spécialistes plus classiques de l’intervention sociale : les juristes. Ce sont les points de convergence ou les zones de friction de ce paysage lettré de l’Italie renaissante qui sont reconstitués à travers un cheminement étagé mêlant les études érudites et singulières à des approches synthétiques de plus large spectre. L’ouvrage convie à la fois à une histoire culturelle du politique et à une histoire sociale de la culture, sur une période dont l’historiographie française récente redécouvre la fécondité.

2014, 16 x 24 cm, 454 p., ISSN : 2109-6910, ISBN : 978-2-36781-035-5. Prix : 37,00 €

—————-

La fin de l’ordre du Temple, sous la direction de Marie-Anna CHEVALIER (CEMM), Geuthner, 2012. Préface de  Jean RICHARD, conclusions d’Alain DEMURGER

Table des matières

 —————-

 Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. Liber discipulorum en l’honneur de Philippe Contamine, ouvrage sous les directions de Patrick GILLI (CEMM) et de Jacques PAVIOT, Paris, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2012

Pour acquérir cet ouvrage : un clic !

Par ce livre témoignage, les élèves de Philippe Contamine veulent montrer leur gratitude et l’estime qu’ils portent à celui qui les a formés. Il ne s’agit donc pas d’un volume d’Hommages du monde académique (ce qui a été fait en 2000), même s’il y a une notice biographique et un complément bibliographique de plus de cent vingt titres. Ceci indique l’activité toujours intense de Philippe Contamine, mais ce volume veut montrer la reconnaissance des historiens de la deuxième génération pour son importance historiographique. En effet, les contributions des auteurs, si elles s’inscrivent en gros dans les pistes pratiquées par Philippe Contamine selon ses inclinations personnelles, couvrent un large spectre de la recherche actuelle en histoire médiévale en France. Elles sont présentées en quatre sections thématiques qui illustrent la diversité de l’héritage intellectuel du dédicataire : Théorie et pratique de la politique (l’influence du Policraticus, le gouvernement papal au XIVe siècle, le duel judiciaire, le procès de Jeanne d’Arc), Le monde de la culture et de l’université (Cino da Pistoia, le jeu d’échecs, l’université de Paris au XIIe siècle), La société nobiliaire, la guerre, les ordres militaires (l’hôtel du roi, Bertrand du Guesclin, les morts d’Azincourt, la noblesse savoyarde au XVe siècle, la guerre du Bien public, les Hospitaliers, Louis XI et le siège de Rhodes), Gestion et exploitation des territoires (le roi René et le Barrois, Louis XI et le Limousin, le sel de la Baie). (Notice du site des Presses de Paris Sorbonne)

 —————–

Isabelle ORTEGA, Les lignages nobiliaires dans la Morée latine (XIIIe-XVe siècle). Permanences et mutations, Turnhout, Brepols, 2012

Édition adaptée de la thèse de madame Ortega

Pour acquérir cet ouvrage : un clic!

——————-

Patrick Gilli et Jean-Pierre Guilhembet (éd.), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), Turnhout, Brepols, 2012

 Les villes comme organismes politiques ont souvent été l’objet d’une répression spécifique de la part de leurs ennemis ou d’une autorité souveraine. Des mesures les plus symboliques, comme l’abattis des murailles, aux plus radicales, comme la réduction en esclavage des populations ou l’éradication a fundamento du bâti, le châtiment des cités reflète la place que ces dernières occupaient dans l’économie des pouvoirs. L’approche comparatiste ici privilégiée permet de voir, sur la très longue durée, de la haute Antiquité à la Révolution française, les modalités de la punition, la réflexion sur la licéité ou la pertinence de la sanction, les discours et les représentations que ces dispositifs déployaient. C’est donc un regard singulier sur l’histoire urbaine qu’apportent ces études, comblant de fait une étonnante lacune historiographique.

——————–

Mme Patricia Victorin, spécialiste en littérature médiévale et membre du CEMM, a dirigé et co-dirigé deux ouvrages publiés au printemps 2011.

Deviser, diviser. Pratiques du découpage et poétiques du chapitre de l’Antiquité à nos jours, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2011, sous les directions de Sylvie Triaire et Patricia Victorin

Dès la Poétique d’Aristote se pose la question de la « manière dont il faut agencer les histoires si l’on souhaite que la composition soit réussie », et donc du « nombre et de la nature des parties qui la constituent ». Le chapitre, né dans l’espace du cloître médiéval de la pratique orale et collective des Écritures, va peu à peu se constituer comme modalité essentielle d’agencement. Cet ouvrage collectif se propose de suivre l’histoire du chapitre, depuis les commencements homériques jusqu’aux formes contemporaines, avec ses antécédents et ses variantes, chants, rubriques, blocs ou fragments. La visée chronologique, qui permet de voir le chapitre se construire comme norme de composition et de régulation de la lecture, croise dans ces pages une série d’approches plus théoriques, dans lesquelles est interrogée l’évidence de la norme chapitrale, dans le cadre de manœuvres de subversion ou d’évitement du chapitre. Par delà les siècles et les genres, des chants du rhapsode aux Mille et une nuits, du roman-feuilleton à Tristram Shandy, deviser, est-ce toujours diviser ?

Parmi les contributeurs, plusieurs membres de l’Université Montpellier 3 :

Marie Blaise, Isabelle Fabre, Suzanne Lafont, Brigitte Perez-Jean, Marie-Christine Rochmann, Pierre Sauzeau, Maria Susana Seguin, Catherine Soulier, Marie-Eve Thérenty, Max Vicedo (doctorant).

Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation et hypertextualité, Paris, Champion, 2011, sous la direction de Patricia Victorin

Lire aujourd’hui à l’université des textes vieux de plusieurs siècles pose des problèmes qui nécessitent une variété d’approches et de méthodes. Cet ouvrage intitulé Lire les textes médiévaux aujourd’hui : historicité, actualisation, hypertextualité (actes du colloque de Montpellier III, 25 et 26 janvier 2010, dir. P. Victorin) se propose de faire un état des lieux de la critique médiévistique en France et ailleurs, autour notamment des questions de la réception des textes (l’ironie, la censure) et de leur actualisation, du double apport de l’interdisciplinarité et de l’anthropologie, et des nouvelles pratiques éditoriales liées au support informatique.

Parmi les contributeurs, plusieurs membres de l’Université Montpellier 3 :

Marie Blaise, Gilda Caïti-Russo, Liliane Dulac, Catherine Nicolas, Armand Strubel

Laisser un commentaire