Programme scientifique

 

SCULPTURE MONUMENTALE LITURGIQUE ET FUNÉRAIRE DANS LES RÉGIONS MÉRIDIONALES (IIIE-XVE SIÈCLES)

L’université de Paul-Valéry de Montpellier possède le seul musée des moulages à vocation pédagogique encore existant sur un campus universitaire et accessible. Il fait l’objet actuellement d’une rénovation. Sa collection (750 pièces) remonte à la fin du XIXe siècle. Elle est un témoignage de l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie tel qu’il était pratiqué avant l’apparition de Musée des moulages de Montpelliernouveaux outils (diapositives, vidéoprojections, numérisations…). Parmi les pièces, 250 environ sont des moulages d’œuvres médiévales du sud et du centre de la France et du nord de l’Espagne (Roussillon, Languedoc, Provence, Auvergne, Catalogne). Parmi ces dernières, la plupart existent encore, mais ont subi des restaurations, d’autres ont disparu.

Dans le cadre du prochain plan quadriennal, les enseignants d’histoire de l’art médiéval rattachés au Crepma (Françoise Robin, Géraldine Mallet et Simone Piazza) ont le projet d’étudier chacune des pièces (moulages et originaux), parallèlement à ce qui va être fait pour les éléments de l’Antiquité et de la Renaissance. Le but est la publication d’un nouveau catalogue de la collection (le dernier remonte à 1991), qui sera en fait, au-delà des moulages, une nouvelle étude de la sculpture funéraire, liturgique et monumentale dans les zones déjà mentionnées, entre les IVe et XVe siècles
(contextualisation, chronologie, style, iconographie, techniques, matériaux…).

L’étude des matériaux se fera en collaboration avec le département de géologie de l’Université Montpellier II (professeur référent : Suzanne Raynaud).
Des étudiants chercheurs (en master et doctorat) seront associés à ce projet, ainsi que des universitaires, des chercheurs et des conservateurs de musée (Jordi Camps du Musée National d’Art de Catalogne, Barcelone ; Daniel Cazes, du Musée Saint-Raymond, Toulouse) pour la rédaction du catalogue. Le projet est destiné à terme à s’ouvrir à des membres d’autres sections de l’université, comme les Sciences de l’éducation.

Laisser un commentaire